Ce qu'il faut savoir sur la peinture écologique et comment la choisir

Ce qu’il faut savoir sur la peinture écologique et comment la choisir

Les peintures sont les deuxièmes responsables d’émissions de COV dans le monde après les automobiles. Moins polluante et entièrement naturelle, la peinture écologique tend à se répandre, mais les pratiques imposées depuis des décennies sont difficiles et lentes à modifier. La peinture écologique est donc, encore aujourd’hui, plus coûteuse et plus rare que la peinture à base de produits de synthèse. La tendance dans les intérieurs québécois est pourtant à l’utilisation accrue de ces peintures respectueuses de la nature.

Qu’est-ce qu’une peinture écologique ?

Les peintures généralement disponibles sur le marché peuvent dégager des vapeurs de solvant, aussi appelées COV. Ces fameux composants organiques volatiles sont à éviter pour préserver l’environnement, d’une part, et sa propre santé dans son intérieur. Une peinture à faible taux de COV en contient moins de 50 g par litre (parfois comptabilisés en parties par million ou ppm) avant la coloration, alors qu’une peinture « sans COV » en contient moins de 5 g par litre avant coloration. L’Éco-Logo d’Environnement Canada n’assure que moins de 250 g par litre, ce qui est encore élevé.

En outre, une peinture écologique doit pouvoir être recyclable et ne contenir que des éléments d’origine naturelle. Elle ne contient aucun additif et le diluant est exclusivement de l’eau.

En phase solvant, une peinture naturelle utilise des huiles, des résines ou des liants minéraux. En phase aqueuse, les liants seront :

  • la chaux
  • la caséine
  • l’argile
  • le silicate
  • les résines naturelles

Toutefois il est bon de savoir que, parmi les peintures naturelles, seule la peinture au silicate conviendra aux espaces fortement soumis à des taux d’humidité élevés (supérieurs à 50 % d’hygrométrie).

Le PH élevé de la peinture à la chaux constitue une solution anti-moisissure à base naturelle non toxique appropriée pour les espaces humides.

Pour toutes ces raisons, les peintures écologiques sont encore 10 % à 20 % plus chères que des peintures à base de produits du pétrole ou synthétisés. Pourtant, elles consomment beaucoup moins d’énergie à la production.

Il change tout dans la peinture écologique : le pigment

Presque toutes les peintures écologiques sont soumises à l’équation problématique du pigment. En effet, les pigments ajoutés à une base, même dépourvue de COV, peuvent augmenter sensiblement le taux de COV.

En général, plus le colorant est foncé, plus il contient de pigments. C’est l’une des raisons pour lesquelles les tendances de couleurs de peintures intérieures vont vers toujours plus de clarté et de douceur. Les tons vanille (jaune très léger) ou menthe sont populaires, ainsi que les gris lumineux. Moins pigmentées, ces peintures limitent la quantité de particules. Les peintures au fini mat seront, de plus, moins susceptibles de contenir des COV.

Il en va de même pour l’apprêt. Si vous devez en utiliser, choisissez-le écologique et sans COV. Une peinture minérale pourra servir de sous-couche d’accroche ou de peinture de finition écologique.

Le seul petit inconvénient de ces peintures est qu’elles demanderont à être remuées de temps en temps pour solidariser le mélange. Elles sèchent un peu moins rapidement également : comptez minimum 6 heures entre les couches, rien de bien grave.

Comment choisir une peinture écologique ?

Une alternative aux pigments nocifs consiste à employer une peinture écologique blanche à 0 ppm et de lui adjoindre des pigments secs naturels. Vous réaliserez ainsi vous-mêmes votre teinte préférée tout en limitant considérablement les COV. Les pigments naturels sont généralement insolubles dans l’eau ou les solvants chimiques et inertes. Ils se combinent à différents solvants naturels tels que :

  • l’eau ou le lait de chaux
  • l’huile de lin
  • l’œuf
  • la gomme arabique
  • la cire liquide
  • la bière

Les pigments naturels peuvent être des oxydes minéraux comme les :

  • céladonites
  • limonites
  • hématites
  • magnésites

Les pigments secs naturels sont vendus dès 30 $ le kilo. Certaines couleurs obtenues à base de spinelles, comme le bleu ou le vert, peuvent toutefois atteindre 160 $ le kilo.

Puis, quand vous choisissez une peinture écologique, faites bien attention au mode d’emploi et à la description. Suivant la base utilisée, certaines peintures conviennent mieux à certains types de supports et d’environnement. Ainsi, la plupart ne conviendront pas à des pièces humides.

La peinture recyclée est-elle une peinture écologique ?

La peinture recyclée provient des fins de chantiers et des projets architecturaux. Les restes de peinture, teinture et vernis sont d’abord triés par catégorie et classés en respectant certains critères avant leur remise sur le marché. La peinture récupérable est ensuite séparée par couleurs et homogénéisée dans des mélangeurs. Des additifs sont ajoutés pour neutraliser les bactéries et pour contrôler la viscosité.

Malgré le geste écolo du recyclage, on s’aperçoit que le résultat n’est pas une peinture dite écologique. Les COV seront en tous les cas bien présents. Malgré le peu de choix dans les couleurs, seul son prix demeure intéressant à 14 $ le gallon en moyenne.

Fabriquer sa peinture écologique

Il reste encore une solution très simple si l’on désire employer la peinture la plus écologique possible : la créer soi-même. Il ne faudra pour y parvenir que de la farine, de l’eau, de l’huile de lin et des pigments. La poudre de craie (du carbonate de calcium appelé Blanc d’Espagne ou Blanc de Meudon) peut remplacer la farine et certains utiliseront de la purée de pomme de terre comme épaississant. L’excellente nouvelle est que la peinture faite maison revient 3 à 6 fois moins cher.

De nombreux tutoriels sont disponibles en ligne pour suivre votre recette favorite de peinture écolo 100 % maison. Pour terminer, il vous faudra finalement choisir le matériel adéquat.

Des pinceaux de soie et des rouleaux à peindre lavables à l’eau seront à privilégier. Un bon pinceau évitera de laisser des traces et des poils alors qu’un bon rouleau ne déposera pas de fibres. L’avantage de privilégier les peintures écologiques est de ne pas avoir besoin de protection particulière durant l’application, ni de masque. De plus, votre intérieur sera immédiatement habitable sans odeur irritante, d’autant plus si vous avez ajouté des huiles essentielles à votre peinture pour la petite touche finale personnalisée.